Tout commence avec un autodidacte boulimique de sons électroniques.

Basé au milieux des volcans, ce clermontois de trente ans a expérimenté durant près de dix ans l'alchimie musicale avant de sortir son premier EP en 2015.

Abordant dans un premier temps la scène au travers du néo métal – principalement comme chanteur- il peaufinera durant ce temps un projet solo tourné vers l'électro et l'indus qui sortira de l'ombre au Caveau des Anges (Clermont-Ferrand) en 2013.

Norsh s'est depuis entouré d'un trio de musiciens issus de la scène rock/métal et opère une refonte de ses compositions, intégrant une formation rock.

Le fruit de ses expériences croisées c'est «Eyeesser», premier EP réalisé en 2014 où Norsh nous propose un rock industriel puissant, parfois expérimental qui n'est pas sans rappeler Nine Inch Nails. Et c'est probablement ce qui arrive lorsqu'un fan d'Aphex Twin et de Skinny Puppy refuse de tourner le dos au « Néo » américain une fois la mode passée.

C'est bien de cela qu'il s'agit dans un premier opus mixé par David Husser (Depeche Mode, Indochine, LTNO...) et masterisé par Adam Bastard (Radiohead, Ben Harper, Block Party...). Car au détour des nappes darks et des refrains faussement pop, entre les lignes de guitare massives martelées de rythmes industriels, c'est bien le spleen de Korn et le décalage synthétique d'un Mechanical Animals de Manson que l'on retrouve ici au travers d'une forme plus libre, plus subtile.

Après de longues expérimentations, au sortir de son creuset, Norsh révèle le son d'une génération. Mais d'une génération qui a grandi.

e-mail
message
  
DEC
03
LA MONTAGNE VERTE
ST-DIERY, PUY DE DÔME
  
JAN
20
L'EUROPE
CLERMONT-FD, PUY DE DÔME
  
FEB
04
LE THUNDERBIRD
ST-ETIENNE, LOIRE